Critères

Sorties similaires

Partage avec tes amis !

Caroline Courtois

EN BREF

Prénom, « surnom », nom : Caroline, Philippe, Brochette, Courtois

Date d’entrée : Octobre 2017.

Fonction dans l’association : Newbie / Responsable du pôle événementiel.

Un mot pour te définir au sein du groupe : Psychologue officielle

TON BACKGROUND 

Background : Pur produit parisien avec un soupçon d’exotisme maternel, je suis née et ai passé toutes mes jeunes années à déambuler dans la capitale.

Etudes : Bac ES puis DEGEAD

Projets : Dresser de bons petits newbs

TES REPERES / REPAIRES 

Trois mots pour définir ton style de sorties : imprévisibles, assoiffées, mémorables

Ton arrondissement préféré : Le 9ème arrondissement

Tes complices dans l’équipe : Pourquoi choisir ?

Toi, en cocktail, selon un de tes potes pariscien : Les deux ingrédients préférés de Courtois ? L’alcool et le riz. La première étape est primordiale : N’ai surtout pas la main morte sur cette eau de vie asiatique. Toutefois, pour saisir l’entière personnalité de notre amie, il te faut savoir comment accompagner ce doux breuvage. Commence par y ajouter de petits morceaux de pastèque afin d’en extraire toute la fraîcheur et la joie de vivre. Ensuite, c’est avec quelques fraises que tu peux souligner (si tu as de la chance) son côté romantique. Mais attention, ne te méprends point et n’oublie surtout pas d’y ajouter ce zeste de citron acide et sauvage, qui te donnera peut-être l’occasion de la dompter. Enfin, agrémente le tout d’une cuillère à café de sucre de canne pour en réveiller la douceur. Santé !  by Paul

Ton idole : Hubert Bonnisseur de La Bath

Une œuvre qui te définit ? Les Outrenoirs de Pierre Soulages

Ta chanson de la honte : Summer montagne – Mister V

Ton établissement préféré : LeHanoï Cà Phê, dans le 9e, idéal pour un cocktail exotique.

Ce que PARIS-CI t’a fait découvrir : L’envie de bien faire, la fierté d’un travail collectif abouti, la persévérance, l’esprit de famille, mais surtout la peña.

Ta citation après 2h du matin : « Oh non, j’ai encore perdu mon briquet jaune … »