Nicolas D. – 3e Edition

Nicolas 2

EN BREF

 

Prénom « Surnom » Nom : Nicolas « Nico Nicolus Nicolito » Duong 

Date d’entrée dans l’association : Octobre 2012, facile.

Fonction dans l’association : Président de la 3ème Édition – Membre du pôle communication de la 2nde

Un mot pour te définir au sein du groupe ? Omniprésident

 
 

TON BACKGROUND

 

Background : Né dans le 92, parce que ma maman adorée aimait sûrement faire de la route au moment de ses contractions. Car j’ai grandi au milieu de la verdure de Gif-sur-Yvette (91) au bout du RER B : premiers tennis avec poppy, premiers PES, premiers foots, premiers swings, premiers ollies, premières clopes, premières cuites, premières mentions, premières ballades en scooter, premiers barbecues, premières virées sur la Capitale, première clique : CRH, Authentic Brotherhood. Puis j’ai bougé sur Paris 13 chez ma ChillyMamie à l’occasion de mon entrée à Dauphine en 2011, mais suis Parisien de cœur depuis l’époque où Ronaldinho faisait l’amour à l’OM. Depuis ? J’ai voyagé aux quatre coins du XVe et j’ai fini par trouver refuge au croisement de la rue St Charles et de la rue de la Convention.

Etudes : DEGEAD 2 option juge du fond à Dauphine après deux ans pour valider ma première année. On est pas pressés.

Projets : Chiller au sein de la confrérie βΩΩβα lors de mon échange au Presbyterian College en Caroline du Sud. Puis rentrer faire mon master de Marketing à Dauphine. Gravir les échelons chez Nike, faire du blé, travailler en sneakers. Passer de la direction marketing de Nike Football à la direction générale du Paris Saint-Germain. Changer d’iPhone tous les 6 mois et pouvoir me lever tard. Avoir de la barbe et passer mon permis à 35 ans, vivre en Californie, rouler en Porsche 911, avoir des enfants, gâter mes parents, écrire un livre, être heureux.

 

TES REPERES / REPAIRES

 

Trois mots pour définir ton style de sorties : Homies, Chill, Booze-up.

Ton arrondissement préféré : Le XVe : métro aérien, McChicken à 2€50, tabac et Monop’ ouverts jusqu’à 23h, mais surtout Le Bureau.

Tes complices dans l’équipe : Supposons qu’un séisme de magnitude 99 éclate lors d’une de nos AG. Si j’avais un lance-toile, je sauverais tous les parisciens du vide, mon bureau, mes actifs, mes newbies que j’aime. Mais je ne suis, finalement, qu’un homme pourvu de petits bras, et je dois choisir. Pour poursuivre ma route, j’aurai besoin de mes amours : Leslie, Elise et Fatou. Pour autant, je n’oublierai jamais la brigade de l’indication et le PCI-La Famille.

Toi, en cocktail, selon un de tes potes Pariscien : Nicolas vu par Jacquou :
Un maître de cérémonie,
Mais surtout un maître de la dérision
Il sait bien sûr prendre des décisions,
Si belles que jamais on ne s’ennuie
Ce petit héros jamais à bout aime s’emparer de son breuvage fétiche,
Le calme, le silence, la volupté, il s’en fiche,
Tel le Jägermeister quand il rencontre le Red Bull,
Notre vietnamien préféré est lâché sur nous telle une bombe,
Bien sûr il ne s’en cache pas, il finira saoul,
Mais avec sa bonne humeur, il nous remet d’aplomb.

Ton idole : Mes amis. Et Hank Moody, Charlie Runkle, Pedro Miguel Pauleta, Zlatan Ibrahimovic, Barney Stinson/Julien Durel, Doug « Rocket-Man » Wilson, Peter Parker & Gwen Stacy, Jack Shephard & Kate Austen, Drake, Mr Hankey, Mr Burns, Steve Jobs.

Une œuvre qui te définit ? The Love Club (LDRU Remix) de Lorde, The Amazing Spider-Man 2 de Marc Webb, Flyknit de Nike.

Ta chanson de la honte (celle que tu écoutes secrètement sur ton iPod) : Mon cœur balance entre « Pour que tu m’aimes encore » et « Sous le vent » de Céline Duong. Mais au fond, je n’en ai même pas honte.

Ton établissement préféré : Le Truskel (IIème), pour sa prog’, en semaine. Le Batofar (XIIIème), bon compromis terrasse/dancefloor, le week-end. Sinon ? Le Bistrot 82, le French Flair, le Lautrec, le Sonar(t) et le Edward & Sons à Pigalle (IX-XVIIIème), pour le Barathon de PARIS-CI.

Ce que Paris-Ci t’a fait découvrir : Du concret. La communication, les RH, la gestion. La création, le placement de produit, la décision, la représentation, les discours, l’intégration, l’animation. Mais aussi le sens du détail, l’ambition, la fierté, la cohésion, l’amour. Finalement, avec tout ça, je n’ai pas vraiment eu le temps de découvrir davantage Paris.

Ta citation après 2 heures du matin : « Bon à qui la crotte d’or ce soir ?! » (Crotte d’or, n.f. : titre honorifique décerné au sein d’une bande d’amis, récompensant à chaque soirée l’auteur du fait le plus mémorable, le plus drôle ou le plus dommageable, le plus souvent sous l’influence de l’alcool.)

Freestyle : Que dire de plus à propos de la 3ème Édition de PARIS-CI que ceci ? https://www.youtube.com/watch?v=_FBEnoUvPro

Ses articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *