Présentation Hugo Brunet

EN BREF

Prénom  « surnom » nom : Hugo dit « Brunette » Brunet

Date d’entrée dans l’association : Octobre 2016

Fonction dans l’association : membre émérite du pôle Guide

Un mot pour te définir au sein du groupe ? Impuissant.

TON BACKGROUND

Background : Né à Bourges en l’an 1999, j’ai accompli ma puberté dans cette même cité douce. Exode parisien en 2016 et arrêt de ma croissance verticale au profit d’une position plus horizontale dite latérale de sécurité.

Etudes : C’est pas l’école qui m’a dicté mes codes. Non. Non.

Projets : Aller le faire gagner avec Manu. Et devenir père.

LES REPERES / REPAIRES

Trois mots pour définir ton style de sorties : Luxe, calme et volupté.

Ton arrondissement préféré : le 7e pour sa belle Tour Eiffel. Touriste oblige.

Tes complices dans l’équipe : Une mère ne choisit pas entre ses fils.

Toi, en cocktail, selon un de tes potes pariscienPour notre ami Burnette, on a choisi un Grog Normand. Je vous explique, c’est le truc qu’on boit quand les beaux jours faiblissent et qu’on coule bien du nez, entre deux shot de sinomarin. Un remède de grand mère, rien de très sexy en somme.
Mais ce grog, il te met une bonne claque, comme Burnette. Et pour cause, avec du lait pour son coté doux et bovin, du cidre brut parce qu’il est pétillant et réconfortant. Le jaune d’œuf, c’est son secret pour garder des cheveux aussi gomminés.
Rajoutons du miel, pour son coté collant et pâteux (mais tellement attachant).
N’oublions pas l’énorme dose de rhum blanc, cet abus qui le fait tenir jusqu’au bout de la nuit.
Ce beau gosse de la night t’achève avec un petit coup de crème de menthe blanche (parce qu’il est trop frais).
En gueule de bois ou contre les faiblesses hivernales, le grog normand c’est le cocktail gagnant ! By Goto

Ton idole : mon papi

Une œuvre qui te définit ? Un Prophète – Khalil Gibran

Ta chanson de la honte : Requiem pour un fou – Johnny Hallyday

Ton établissement préféré : Le Comptoir Général dans le 11e. Atmosphère moite et senteurs épicées.

Ce que PARIS-CI t’a fait découvrir : le vomi stratégique, ainsi que les clefs nécessaires pour survivre en milieu hostile (aka se nourrir de baies sauvages durant la semaine de désintégration)

Ta citation après deux heures du matin : J’ai fait ça ?! (ça je le dis le lendemain vers 14h)

Freestyle : les génies ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *